Le gang des rêves, Luca Di Fulvio, Pocket

9782266272438

Aspromonte, dans le fin fond de la Calabre, en Italie.

En 1908, la toute jeune Cetta Luminata, quatorze ans à peine, vient d’accoucher d’un petit garçon. Là-bas on l’appelle le bâtard, Cetta a été violée neuf mois plus tôt.

Qu’à cela ne tienne, Cetta est dure, et ce n’est pas ce contretemps qui va la retenir. Elle, ce qu’elle veut, c’est faire comme des milliers de ses compatriotes, c’est aller s’installer en Amérique, ne plus être l’esclave d’un patron peu scrupuleux. Elle rêve d’une autre existence que la misère dans laquelle elle a grandi.

Sans rien dire à personne, elle embarque donc à Naples, et arrive à Ellis Island des semaines plus tard, avec son bébé, rebaptisé Christmas par les services de l’immigration.

Les jours passent. Pour Cetta, la désillusion est grande : son rêve américain se résume au bordel où elle vend son corps pour pouvoir nourrir son fils et la cave dans laquelle elle vit avec lui, sans grand espoir d’améliorer leur quotidien.

Christmas qui grandit, avec la rue pour seul jardin, la rue, ses gangs, ses malfrats, sa violence, sa pauvreté, ses joies, ses peurs et ses peines.

Christmas qui devient un adolescent presque comme les autres dans une ville en plein essor. Ses seules préoccupations concernent les Diamond Dogs, sa bande de jeunes, et la belle et très riche Ruth, une jeune fille qu’il trouve très mal en point, ensanglantée, à quelques rues de chez lui.

Mais comment faire quand on est pauvre, d’origine italienne, qu’on a très peu été à l’école et qu’on vit dans les bas fonds de New York pour garder l’espoir de réussir sa vie ? C’est la question que se pose tous les jours Christmas.

Vous trouverez la réponse après avoir dévoré les 943 pages de ce somptueux roman. Un roman dans le sens le plus noble du terme.

Luca Di Fulvio nous offre une histoire absolument fantastique, qui vous fera voyager, une histoire enivrante, qui donne parfois le tournis, tellement elle est forte, dure, et pleine de tendresse à la fois, on est proche du chef d’oeuvre …

J’étais passée à côté l’année dernière quand il était sorti aux Editions Slatkine. Aujourd’hui, c’est Pocket qui le propose en petit format.

Probablement le meilleur poche de l’année .

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s