La maison au bord de la nuit, Catherine Banner, Presses de la Cité

La maison au bord de la nuit, Catherine Banner, Presses de la Cité

Amadeo Esposito ne sait pas grand chose sur ses origines. Juste qu’il a été abandonné à la naissance  dans un couvent de Florence, et qu’il a grandi dans un orphelinat.

Heureusement, un vieux docteur s’est pris d’affection pour l’adolescent, ce qui lui a permis de pouvoir financer ses études et devenir médecin également. A présent, il doit trouver un travail, ce qui ne semble pas vraiment évident. Nous sommes en 1914,  la première guerre mondiale vient de commencer.

Finalement, Amadeo sera engagé par la mairie de l’île de Castellamare, au large de Syracuse en Sicile. Une île qui ressemble à un gros caillou, où les légendes locales continuent d’impressionner les populations.

Tout doucement Amedeo arrive à se faire accepter par les habitants. Et à être heureux . Rien ne lui plaît plus qu’écouter ses voisins lui raconter des histoires qu’il consigne soigneusement dans un petit calepin.

Jusqu’au jour où il décide de se marier. Il rompt alors avec celle dont il l’était l’amant depuis des mois pour épouser Pina, une jeune veuve institutrice.

Sa maîtresse ne lui pardonne pas : elle se débrouille pour ternir sa réputation et faire en sorte que son poste de médecin lui soit retiré.

Qu’importe s’il ne peut plus exercer : il décide de rester sur l’île et de reprendre l’unique café qui y est installé, dans cette vieille bâtisse qui surplombe la mer.

C’est là, dans cette maison au bord de la nuit, qu’il va élever ses trois garçons et sa petite fille, sa préférée, la toute fragile Maria-Grazia.

Les années passent. Les bonnes et les plus difficiles.

Les années de guerre, celles de paix, durant lesquelles trois générations d’Esposito vont grandir, vivre, aimer, détester, aimer encore, mourir, s’effondrer, se relever, tout cela sur ce caillou improbable, loin de tout, sous l’œil de la sainte patronne locale, Sant’Agata …

C’est le premier roman de Catherine Banner : une très très belle saga familiale, avec des personnages plus qu’attachants, dans cette Italie oubliée, malmenée par la guerre et le fascisme.

Un premier roman qu’on n’oublie pas…

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s