La Pieuvre, Jacques Saussey, Toucan Noir

couv_la_pieuvre_poche_ok

Quand un coursier parisien est abattu de deux balles dans la tête, les policiers  pensent d’abord à un crime crapuleux.

Très vite pourtant, la police scientifique identifie l’arme avec laquelle le malheureux a été abattu, et là, stupeur, on se rend compte qu’elle a déjà servi, des années plus tôt, en 1992 précisément, pour tuer le juge d’instruction  Heslin.

Un assassinat qui rappelle ceux des juges italiens anti-mafia Borsellino et Falcone.

Pour le commissaire Daniel Magne, qui est l’amant très discret de Lisa, officier de police judiciaire elle aussi et surtout la fille du juge,  il faut reprendre cette enquête à zéro, dans la plus grande discrétion, et impérativement,  ne pas mêler Lisa à ces investigations.

Coïncidence, Lisa  vient justement de quitter Paris. On vient de l’appeler pour la prévenir  que sa mère, avec qui elle a coupé les ponts depuis des années, est en train de mourir dans une clinique de Marseille.

Les retrouvailles n’auront pas vraiment lieu : la dame décède quelques heures après l’arrivée de Lisa.

Pour la jeune femme, le plus gros choc, ce n’est pas la mort de celle qu’elle avait rayée de son existence depuis longtemps, mais bien d’apprendre que celle-ci n’était pas sa mère biologique : chez le notaire où elle se rend pour régler les papiers de la succession,  on lui remet une lettre dans laquelle son père lui explique tout sur ses origines.

Ce qu’elle y lit est absolument terrifiant.

Lisa qui a à peine le temps de digérer la nouvelle avant d’être violemment agressée …

Alors qu’à Paris, les meurtres se succèdent, toujours avec la même arme, celle qui a servi à descendre son père il y a des années …

Inutile d’insister, je ne vous en dirai pas plus sur le pitch …

Ce sera à découvrir par vous-même en dévorant cet excellent thriller, qui fait de son auteur, Jacques Saussey, un des meilleurs du genre en France.

Saussey qui joue ici avec le temps, puisque les meurtres à Paris et les déboires de Lisa dans le Sud se passent à quinze jours de distance…

L’intrigue est absolument passionnante, redoutablement bien construite, l’écriture habile et percutante, les personnages sont plus vrais que nature, le suspense insoutenable, c’est le genre de roman qu’il est impossible de lâcher avant la dernière page.

Vous êtes prévenus…

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s