La terre des morts, Jean-Christophe Grangé, Albin Michel

grange

La découverte du cadavre de la victime ne laisse rien présager de bon.

Absolument rien.

Sophie, 32 ans a été découverte, près d’une déchetterie, nue, ligotée avec ses sous-vêtements.

Comme si cela ne suffisait pas, la malheureuse a été défigurée, son bourreau lui a incisé le visage, des commissures des lèvres jusqu’aux oreilles, en lui enfonçant une pierre au fond de la gorge …

Après une semaine, l’enquête n’a absolument pas permis de découvrir quoi que ce soit. Pas le moindre élément pour coincer le meurtrier de la strip-teaseuse.

Le commandant Corso reprend donc le dossier à zéro, et ce qu’il lit ne lui plaît pas, mais alors pas du tout.

Qui était vraiment Sophie ?

Pour le découvrir, Corso est obligé de plonger, avec son équipe, dans les méandres d’un milieu pour le moins particulier : celui du porno, du bondage et des perversités les plus diverses, de quoi en déstabiliser plus d’un … d’autant que, très vite, un autre cadavre est découvert … Et les similitudes sont nombreuses.

La victime a été défigurée de la même manière, étranglée avec ses sous-vêtements, les noeuds des liens qui la ligotent sont identiques.  Elle travaillait dans le même club de strip-tease que Sophie …

De quoi énerver très fort Corso, qui n’est pas à prendre avec des pincettes. Lui qui n’est déjà pas franchement jovial à la base …

Corso, ce flic si atypique, qui n’a jamais connu ses parents,  »squatteur de foyers et de familles d’accueil durant son enfance, puis chien errant de sa propre adolescence, Corso n’avait jamais su se fixer ni s’adapter. Voleur, drogué, asocial, il avait été sauvé in extrémis …  » 

Corso, dont les plus belles réussites sont sa carrière de flic et son fils de 9 ans.

Un fils dont il pourrait bien ne jamais obtenir la garde principale qu’il réclame pourtant depuis longtemps. Son ex bulgare est en train de monter un dossier pointant tous ses travers…

Mais Corso n’est jamais aussi bon que lorsque la pression est là, et son suspect, finalement, il le tient.

Il s’appelle Philippe Sobieski, il est peintre, complètement débauché. Corso est convaincu que c’est lui l’assassin … Va falloir le prouver …

Un combat vertigineux s’annonce …

C’est du bon, du tout bon Grangé.

C’est LE thriller de vos vacances … Ce serait dommage de passer à côté.

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s