Ceinture blanche, Lola Mansour, Ker Editions

ceintureblanche.jpg

A presque 12 ans, aux portes de l’adolescence, Anya se demande ce qu’elle va bien pouvoir faire de sa vie, elle qui a toujours rêvé d’être une super héroïne.

Mais la jeune fille est timide, pas vraiment courageuse.

Les possibilités de transformer ses aspirations en réalité ne sont pas franchement nombreuses, quand elle a enfin une révélation :  pour donner un sens à son existence qu’elle trouve un peu morne, elle sera championne. Oui, championne.

C’est aussi simple que cela.

Enfin, sur papier …

Car les performances sportives d’Anya ne sont pas vraiment au top.

En gym, c’est un peu la cata. Elle reconnaît elle-même qu’elle nage comme une pierre. Elle a le vertige,  et à la course, elle est incapable du moindre sprint.

Sa mère essaie bien de l’inscrire à un entraînement de basket, mais l’entraîneur y oppose un véto catégorique …

Complètement dépitée par ce refus, Anya passe alors devant un local qui attire son attention : « Il y avait à la fois de la discipline, du contrôle, mais aussi de la puissance, de l’élégance, et de la joie dans les gestes de ces jeunes » …

Captivée, Anya ne comprend rien à la symbolique du judo, mais elle est sous le charme.

Le Grand Maître accepte de l’inscrire au cours des presque débutants. C’est le tout début d’une carrière sportive.

Après deux mois de pratique, Anya a déjà fait des progrès impressionnants. Elle écrase même les garçons du groupe. De quoi la motiver à s’appliquer encore plus corps et âme dans cette discipline qu’elle apprend tout doucement à maîtriser.

Atteindra-t-elle l’objectif qu’elle s’était fixé, à savoir devenir une championne ? Sa volonté lui permettra-t-elle de caresser les étoiles ?

C’est en lisant ce très joli roman que vous le découvrirez et que vous ferez plus ample connaissance avec son héroïne, Anya.

Anya, une jeune fille bien dans ses baskets. Pétillante, pleine d’humour et de vivacité, comme tous les personnages du roman.

Qui ne rêverait pas en effet d’avoir une grand-mère, comme celle d’Anya ? « La seule de la planète à écouter des albums de hard rock, de reggae et de hip hop, tout en gobant des marshmallows roses saupoudrés de sel » ?

Lola Mansour, qui signe ici son premier roman, a aujourd’hui 25 ans.

Comme son héroïne, elle est judokate. Elle a été médaillée d’or aux Jeux Olympiques de la jeunesse en 2010, elle a également été championne d’Europe junior de judo en 2012.

Lola Mansour précise qu’il ne s’agit pas d’une autobiographie, et qu’elle a écrit les premières lignes de son roman lors d’un stage sportif à Berlin, profitant de quelques moments de solitude au sein d’une équipe essentiellement masculine.

On imagine bien sûr qu’elle n’a pas dû puiser son inspiration bien loin de sa propre expérience pour écrire ce premier roman qui se lit d’une traite, tellement il est séduisant.

Préfacé par la championne Charline Van Snick, « Ceinture blanche » vient d’ailleurs de recevoir le Prix Jeune Public Brabant wallon de la Fondation Laure Nobels.

C’est frais, drôle et joliment écrit. Les jeunes vont l’adorer, les adultes aussi.

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s