Le guide ultime de la belgitude, Philippe Genion, Editions POINTS

belgique2

Si vous ne savez pas ce qu’est, en vrac, et dans le désordre, un américain, de la sauce andalouse, une biesse, un cramique, une goutte, un cougnoux, une couque, une fricadelle, une douffe, une mijolle, un monnonk …

Si vous ne savez pas non plus ce qu’est un oiseau sans tête, un chicon, un pistolet, une pils, une flatte, une krolle, une rawette, une loque, un tiche, un caraboutchat, ou encore un zinneke, c’est que vous n’êtes pas du plat pays.

Définitivement.

Si les expressions « Allez », « A s’naise », « bien gentil », « evoy », « skette-braillette », « scherp », « volle gaz », « tchouler », à la « six-quatre-deux », ou « à pouf », vous font froncer le front et dresser un sourcil, c’est que vous n’avez jamais posé un orteil en Belgique.

Jamais.

Si vous n’avez jamais entendu parler de Bébé Antoine, de Christiane Lenain, de Marion, et de Stéphane Steeman, de madame Chapeau, des Snuls, de Machiavel et de bien d’autres aussi, c’est que non seulement vous n’avez jamais mis les pieds en Belgique, mais que vous êtes même complètement incapables de la situer sur une carte …

Parce que la Belgique, c’est tout ça, et bien plus encore.

C’est le sucre en poudre sur le t-shirt après la gaufre de Bruxelles.

C’est la famille royale, et sans transition aucune, c’est la cassonade.

C’est Lou, Marcel, Plastic et les autres, les premières moules, le Meyboom et le carpaccio de Maredsous.

C’est le Grand Jojo et les chokotoffs.

C’est essayer d’écouter le discours royal du 21 juillet en s’enfilant tout le sachet de cuberdons.

C’est l’été, la pluie, les doigts dans la sauce des frites.

C’est évidemment les Diables Rouges. Avec Luc, Eddy et Roger.

C’est le taux de trempage du spéculoos ou les caricoles de la foire du Midi.

C’est l’enterrement de Mati l’Ohé et le Doudou, Marc Aryan et les tambours du carnaval.

C’est Toots.

C’est se moquer des hollandais, des luxembourgeois. Des français aussi, sinon, ce ne serait pas drôle.

Enfin, la Belgique, c’est aussi ses barakis, ses truculents barakis, à côté de qui Jeff Tuche se verrait décerner un prix Nobel.

C’est tout ça la Belgique, sous la plume délicieuse de Philippe Genion.

POINTS a eu la bonne idée de rééditer « Comment parler le belge », « l’Inventaire des petits plaisirs belges » et « l’Encyclopédie du baraki » en les regroupant dans ce guide ultime de la belgitude.

C’est drôle.

Très drôle.

Sortez vos mouchoirs, vous allez pleurer.

De rire.

Par les temps qui courent, c’est précieux, ça n’a même pas de prix.

 

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s