Deux soeurs, David Foenkinos, Editions Gallimard

soeurs

Il y a cinq ans maintenant que Mathilde et Etienne sont ensemble. La jeune prof de lettres aime follement son compagnon. Lors de leurs dernières vacances, ils ont évoqué l’idée de se marier tout bientôt. Ils ont aussi parlé bébés.

Tout était si beau et si puissant ; on aurait dit que quelque chose d’éternel s’annonçait.

Pourtant, ce soir-là, il faut bien se rendre à l’évidence, Etienne n’a pas trop l’air dans son assiette et Mathilde a comme un mauvais pressentiment.

De fait, le lendemain, les choses se précipitent : Etienne lui annonce qu’il la quitte et que leur histoire est finie.

Mathilde a beau le supplier, lui dire qu’elle va mourir, Etienne ne change pas d’avis et quitte l’appartement, au désespoir de la jeune femme, rongée par la douleur.

Dans un premier temps, elle décide de ne rien dire à personne au lycée où elle travaille et réussit tant bien que mal à donner le change jusqu’au moment où elle apprend, de la bouche d’un ami d’Etienne, la véritable raison de la rupture : elle s’appelle Iris, c’est l’ex d’Etienne et elle a refait surface après 5 années passées au bout du monde …

Mathilde aurait pu tout accepter, mais pas ça. Elle aurait pu accepter une nouvelle femme, un homme, un besoin de solitude, tout, tout, mais pas Iris. Cette nouvelle serait insurmontable. Elle voulut mourir. Pour la première fois, cette pensée était concrète. Pas des mots en l’air. Se jeter par la fenêtre, prendre des cachets, se pendre avec un foulard. Elle se perdait dans le dédale des possibilités. Pourtant, plus elle réfléchissait, plus elle savait qu’elle n’aurait jamais le courage d’agir. Elle allait vivre. Elle allait vivre avec ce poids démesuré sur le cœur.

Vivre. Mais pour la première fois depuis qu’elle y travaille, Mathilde n’ira pas donner ses cours au lycée. Elle n’en est pas capable.

Alors, elle reste chez elle, cloîtrée, sa douleur se transformant doucement mais sûrement en colère puis en haine. Une haine qui lui fait mal, terriblement mal.

C’est à ce moment-là qu’Agathe propose à sa sœur de la recueillir chez elle, dans le petit appartement qu’elle occupe avec son mari et leur petite fille Lili.

Agathe, la grande soeur, qui a une vie heureuse, avec sa petite famille.

Agathe qui a aussi le coeur sur la main, alors qu’elles ne sont plus vraiment proches depuis des années.

La cohabitation va très vite s’avérer compliquée.

La véritable personnalité de Mathilde se dévoilant : glaçante …

Pour connaître la suite, il faudra lire « Deux sœurs », le 18ième roman de Foenkinos.

Un roman dont l’écriture on ne peut plus élégante, simple et précise,  est redoutablement efficace dans cette terrible histoire de rupture.

Si banale et si incroyable à la fois. La dérive amoureuse d’une femme trahie qui offre son vrai visage, jusqu’au basculement final …

Foenkinos qui glisse deux doigts dans le thriller psychologique, un genre nouveau pour lui … une réussite.

Un vrai bijou même.  Seul bémol : 173 pages, c’est un peu court.

Finalement, Foenkinos, c’est un peu comme un diamant, on aimerait toujours un peu plus de carats …

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s