Blanc mortel, Robert Galbraith, Grasset

blanc

Il faut bien le reconnaître Cormoran Strike est plutôt le genre de mec à ranger dans la case « ours mal léché ». Du haut de son 1,92 m, il est une espèce de colosse brun, bourru, aux cheveux pas trop coiffés, et il faut le reconnaître, sapé n’importe comment. Il est le fils illégitime d’une ancienne rock star et d’une de ses groupies junkie.

L’homme a servi dans l’armée britannique. En Afghanistan notamment. C’est là qu’il a été blessé dans une explosion qui lui a coûté une partie de sa jambe droite. Il porte à présent une prothèse qui le fait pas mal souffrir.

Après sa revalidation, Strike n’a pas voulu du reclassement proposé par l’armée.

Alors, il a dû assurer sa reconversion. La seule envisageable pour l’ancien militaire, et d’après ses propres propos, c’est de poursuivre dans ce qu’il fait de mieux à savoir investiguer.

Ce qu’il aimait avant tout, c’était chercher, résoudre, établir la vérité, rendre justice. Cette passion, il le savait, résisterait à tout. Bien sûr, ce n’était pas drôle tous les jours. Il fallait se coltiner la paperasse, les clients pénibles, les collaborateurs à embaucher, à virer. Mais cela faisait partie du métier, au même titre que les horaires élastiques, la fatigue, les privations et les risques …

Aujourd’hui, il est donc détective privé. Il a fondé sa propre agence à Londres, et il a engagé une assistante, la ravissante Robin Ellacott. La ravissante, mais surtout très efficace Robin, dont le fiancé voit d’un très mauvais œil sa collaboration avec Strike.

Faut dire que le boulot peut être dangereux, et qu’il paie très très mal, les finances de l’agence étant quasi constamment dans le rouge. Même si les talents d’investigation du boss et de son assistante commencent à porter leurs fruits.

Tout doucement, affaire après affaire, Strike est à présent connu dans la place, connu, et reconnu, ce qui n’est pas toujours un avantage quand il faut filer quelqu’un …

Cette fois, alors que Robin vient enfin d’épouser son fiancé, Strike doit faire face à une nouvelle affaire pour le moins étrange.

Un jeune homme est venu à l’agence lui déclarer avoir été le témoin du meurtre d’un enfant retrouvé mort près d’un cheval, il y a des années.

Ce jeune homme semble assez perturbé psychologiquement, et avant que Strike puisse l’interroger plus précisément, il se sauve et disparaît dans la nature.

Il n’en faut pas plus pour chatouiller la curiosité de Strike, qui commence à gratter, avec pour seul indice, un bout de papier sur lequel est griffonné un nom de rue.

Très vite, le détective va se retrouver plongé dans une enquête qui va le mener des bas-fonds de Londres aux plus hautes sphères du Parlement britannique quand un ministre de sa très gracieuse Majesté le contacte pour mettre un terme au chantage dont il est victime depuis quelque temps.

Cette enquête reposait sur des bases très inhabituelles. Jamais auparavant il n’avait eu à traiter une affaire de chantage dont la victime rechignait à avouer les causes. Mais, après tout, songea Strike, il n’avait jamais eu de ministre parmi sa clientèle non plus. De même, il ne voyait pas tous les jours débarquer dans son bureau des jeunes gens probablement psychotiques proclamant avoir assisté au meurtre d’une enfant. Pourtant, depuis qu’il avait la une des journaux pour la première fois, Strike recevait constamment des messages d’individus plus ou moins déséquilibrés …

 Et s’il y avait un lien entre ces deux affaires ? Au premier regard, cela semble très peu probable. Et pourtant … L’enquête est compliquée, délicate, les ramifications nombreuses, dans des milieux où la morale n’est pas toujours la première des vertus, alors que Strike et Robin semblent de plus en plus proches.

Vont-ils enfin s’avouer leur attirance mutuelle ?

Réponse dans ce quatrième volet des aventures de Cormoran Strike.

Après l’Appel du Coucou, après le Ver à soie,  après la Carrière du mal, qui se sont vendus à près de 11 millions d’exemplaire à travers le monde, J.K. Rowling continue, sous le pseudonyme de Robert Galbraith, de nous faire vivre les enquêtes passionnantes de son détective si attachant.

Certains pensent que le roman, qui fait près de 700 pages, soit environ 100 de plus que les 3 tomes précédents est trop long.

Ce n’est pas mon impression. Au contraire. Et pour la première fois peut-être, Rowling/Galbraith nous fait entrer un peu plus dans l’intimité de ses deux héros.

Sans être particulièrement fleur bleue, l’histoire qui se joue entre Cormoran et Robin humanise terriblement la série. Et rend le détective et sa collaboratrice encore plus attachants.

On referme d’ailleurs Blanc mortel avec beaucoup de regrets, en se disant qu’il va falloir attendre de très longs mois, voire deux ou trois années avant de pouvoir lire la suite de leur histoire …

 

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s