Toscane,Vincent Ollivier, J’ai lu

Toscane

En vrac, nous avons ces trois coups de feu qui déchirent le calme d’un tableau presque idyllique dans un gîte de vacances en plein cœur de la Toscane.

Nous avons des chevaux, le soleil très haut dans le ciel,  la campagne magnifique, le farniente, les apéros, des crostinis et du prosecco à gogo, les repas qui s’éternisent, les cyprès et la douceur du vent.

Le bonheur aurait pu ne pas être trop loin. Il aurait pu, oui.

Mais, il y a ce couple assez mal assorti d’Anglais plutôt fortunés.

Ce banquier d’affaires dont le cynisme n’a d’égal que son assiduité à la recherche d’aventures sexuelles.

Il y a aussi, sans l’oublier, ce jeune policier qui veut comprendre à tout prix.

Nous avons encore ces deux militaires américains en mission en Afghanistan.

Tous les jours à risquer leur vie dans un conflit sanguinaire qui n’en finit pas.

Il y a, comment passer à côté,  la messagerie Twitter qui permet d’échanger des messages de manière quasi instantanée, où que l’on soit sur la planète, quel que soit le milieu dont on provient, Twitter est presque aveugle.

Dans « Toscane », nous avons tous ces riches qui veulent devenir encore plus riches.

Nous avons ces militaires, membres des forces spéciales,  qui voudraient devenir riches tout court, et surtout revenir vivants à leur base puis au bercail.

Nous avons, en vrac toujours, de l’adultère, du détournement d’argent, beaucoup d’argent, et enfin, nous avons un trafic d’armes qui pourrait générer de plantureux bénéfices.

Inutile de préciser que la dolce vita en Toscane ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir sous la plume de Vincent Ollivier.

L’avocat pénaliste signe ici son premier roman.

Une vraie réussite.

Un roman noir porté par une écriture élégante et efficace, et une construction redoutable qui nous fait remonter le temps, en maintenant un suspense continu avant de comprendre dans les toutes dernières pages ce qui s’est réellement passé.

Un roman noir où appât du gain et libido stimulée par la chaleur du soleil vont de pair pour annoncer en filigrane, la gestation, lentement mais sûrement d’un drame.

Nous ne sommes pas très loin de l’excellent polar …

 

Auteur : leslivresdechristinecalmeau

Journaliste

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s