Le Bureau des légendes décrypté, Bruno Fuligni, L’Iconoclaste

bureau-ok.png

C’est peut-être votre série préférée : depuis avril 2015, Canal + en France, Be Tv et la RTBF chez nous, en Belgique, et tout un tas d’autres chaînes de télé, ailleurs dans le monde,  diffusent « Le Bureau des légendes ».

En tout, les aventures de Malotru, de Moule à gaufre, de Marina et de leurs camarades sont visibles dans une centaine de pays.

Du monde donc pour plonger dans l’univers très secret des services de renseignement français.

Afin d’offrir une série on ne peut plus réaliste, son créateur, Eric Rochant, qui signe d’ailleurs la préface de cet ouvrage, s’est beaucoup documenté.

L’objectif était clair : brouiller les pistes entre fiction et réalité. Et la réussite est totale.

Eric Rochant qui explique que « Le Bureau des légendes  ne dit la vérité que sur ses personnages et à travers eux sur nous-mêmes. Car les agents de notre DGSE réaliste et fictive sont nous, et nous sommes eux. Ils sont rationnels, ils ont du bon sens, ils ont des angoisses. Ils nous ressemblent … »

Bruno Fuligni, lui, n’est pas réalisateur, mais historien du renseignement.

Il a passé la série au crible, pour la décrypter complètement et mettre en lumière toutes les références à des histoires vraies ou à des techniques effectivement utilisées par les services de renseignement.

Bruno Fuligni qui a eu accès à de très nombreux documents, à des photographies, et même des manuels de formation des services secrets français, a également pu consulter les principaux fonds d’archives des renseignements de la République.

Et le résultat, à l’instar de la série, est bluffant.

Ce manuel propose de prendre quelques leçons d’espionnage.

Au départ des services français, et des relations avec les homologues étrangers, vous apprendrez ce qu’est une « centrale », comment fonctionne le cycle du renseignement, ce qu’est un clandestin, quelle est la place des femmes dans les SR.

Vous verrez comment il convient de couper une filature, comment manipuler des agents, comment dissimuler des messages.

Vous saurez également que faire en cas d’arrestation, comment vous pourriez éventuellement tromper le polygraphe, ou encore comment « sonoriser » l’adversaire, comment manipuler sur internet … et bien d’autres choses encore.

Dix-huit leçons en tout, absolument passionnantes, qui vous emmèneront bien loin de votre quotidien, là, derrière la fiction, pour découvrir la réalité d’un univers dangereux et secret : celui des espions.

Si la série est une des plus belles réussites de la télé, le bouquin n’est pas en reste.

Si vous ne l’avez pas encore lu, demandez qu’on vous l’offre sous le sapin.

Ou plus simple encore, faites-vous un cadeau.

Ce serait dommage de passer à côté.

A couteaux tirés, Olen Steinhauer, Pocket

A-couteaux-tires

« Choisis le restaurant, j’enverrai la facture au gouvernement ».

C’est en substance ce que Henry vient de proposer à Célia, son ancienne maîtresse et ancienne collègue.

Tous les deux ont été agents secrets, membres de la CIA, basés à Vienne, en Autriche, à l’ambassade américaine.

Henry est toujours en activité.

Célia, elle, a remis sa démission et refait sa vie aux Etats-Unis, et n’a plus revu Henry depuis cinq ans. Depuis l’attentat qui a coûté la vie à plus d’une centaine de personnes, dans un avion sur le tarmac de l’aéroport de la capitale autrichienne.

Des moments atroces.

Aujourd’hui, Henry est chargé par son employeur de faire toute la lumière sur ces heures noires, car il faut se rendre à l’évidence, l’un d’eux a trahi.

Ce repas gastronomique va très vite se transformer en huis-clos glaçant, où Célia et Henry vont chacun essayer de sauver leur peau.

Certains considèrent déjà que John Le Carré a trouvé son héritier. C’est peut-être le cas, et c’est à découvrir dans cet excellent thriller d’espionnage que vous ne lâcherez pas une seconde.