Tout cela je te le donnerai, Dolores Redondo, Pocket

9782266291590ORI

Alors qu’il est en train d’écrire les toutes dernières pages de son nouveau roman, Manuel Ortigosa, écrivain à succès, est interrompu par des coups frappés à la porte de son appartement madrilène.

Ce sont deux gardes civils en uniforme.

Il comprend très vite qu’ils ne sont pas là pour annoncer de bonnes nouvelles.

De fait, si les autorités se sont déplacées, c’est pour lui annoncer la mort de son mari Alvaro.

Un banal accident de circulation, d’après la police.

Sa voiture est sortie de la route, dans une ligne droite, alors que la visibilité était très bonne. Aucun autre véhicule n’est impliqué.

La police pense qu’il s’est endormi au volant, comme cela arrive malheureusement fréquemment.

A 44 ans, l’homme avait toute la vie devant lui.

Ses affaires marchaient bien, il était heureux en couple, avec Manuel qui n’en croit pas ses oreilles, mais qui doit douloureusement se rendre à l’évidence devant la dépouille de son compagnon à la morgue.

A la douleur de la perte si cruelle et si subite de l’être aimé, s’ajoute l’incompréhension totale face aux mensonges du défunt.

Parce qu’Alvaro avait annoncé à son époux qu’il partait à Barcelone pour quelques jours, le temps de la conclusion et de la signature d’un gros contrat avait-il précisé.

Or, c’est à des centaines de kms de là,  en Galice, dans sa province natale, que l’accident a eu lieu.

Là, où vit sa famille, une famille qu’il dit ne plus voir depuis des années parce qu’elle n’accepte pas son homosexualité.

Et puis, il y a cet inspecteur de police et cette médecin légiste qui laissent clairement sous-entendre à Manuel qu’Alvaro n’est pas mort dans cet accident de voiture, mais qu’il a été victime d’un meurtre. Une petite entaille au couteau, très discrète, pourrait en être la preuve.

Lors des funérailles, Manuel se rend bien compte de la puissance de la famille d’Alvaro : des aristocrates qui règnent en maîtres absolus sur ces terres galiciennes depuis des lustres. Et ça ferait très mauvais genre qu’on sache ou qu’on puisse penser qu’un de leurs membres est mort assassiné.

Visiblement, Alvaro n’a pas coupé les ponts avec eux comme il l’a prétendu si longtemps.

Pourquoi ?

Ce n’est qu’une des questions que se pose Manuel qui décide de rester quelques jours sur place pour essayer de comprendre qui était vraiment son mari.

Une décision qui ne fait pas que des heureux.

L’hostilité de sa belle famille est évidente. L’écrivain en a vu d’autres dans sa vie.

Il veut savoir. Et personne ne pourra l’en empêcher.

Même si ce séjour forcé en Galice ne sera pas de tout repos.

Qu’importe.

Manuel n’a pas le choix . C’est l’étape nécessaire pour essayer d’arriver à accepter cette disparition,  avec le risque de découvrir des choses qui le feront souffrir.

Son expérience lui a appris combien la vie peut être cruelle.

Mais il ne sait pas encore que chez ces aristocrates galiciens, on peut être aussi cupide qu’arrogant.

Une arrogance aussi détestable que tous ces secrets de famille qui remontent enfin à la surface…

Vous ne lâcherez pas ce pavé de 737 pages et tous ses rebondissements une seconde.

Les jurés du Prix Planeta, l’équivalent espagnol du Goncourt, ne se sont pas trompés en décernant, en octobre 2016,  le 65ième prix de son histoire à Dolores Redondo.

Ce roman, à la fois policier et chronique familiale d’un autre temps, se lit comme un excellent thriller.

Addictif. Touchant.

Un roman fort, très noir.

Attachant. Emouvant.

Dans cette Galice si mystérieuse, où le religieux a toujours une place prépondérante.

Comment ne pas être bouleversé par le cauchemar que vit son héros : se réveiller un matin pour apprendre la disparition de celui qu’on aime le plus, et puis se rendre compte que cet être si cher, avec qui on partage sa vie depuis si longtemps n’est pas la personne que l’on croit ?

Ne surtout pas passer à côté de ce petit bijou.

 

Toscane,Vincent Ollivier, J’ai lu

Toscane

En vrac, nous avons ces trois coups de feu qui déchirent le calme d’un tableau presque idyllique dans un gîte de vacances en plein cœur de la Toscane.

Nous avons des chevaux, le soleil très haut dans le ciel,  la campagne magnifique, le farniente, les apéros, des crostinis et du prosecco à gogo, les repas qui s’éternisent, les cyprès et la douceur du vent.

Le bonheur aurait pu ne pas être trop loin. Il aurait pu, oui.

Mais, il y a ce couple assez mal assorti d’Anglais plutôt fortunés.

Ce banquier d’affaires dont le cynisme n’a d’égal que son assiduité à la recherche d’aventures sexuelles.

Il y a aussi, sans l’oublier, ce jeune policier qui veut comprendre à tout prix.

Nous avons encore ces deux militaires américains en mission en Afghanistan.

Tous les jours à risquer leur vie dans un conflit sanguinaire qui n’en finit pas.

Il y a, comment passer à côté,  la messagerie Twitter qui permet d’échanger des messages de manière quasi instantanée, où que l’on soit sur la planète, quel que soit le milieu dont on provient, Twitter est presque aveugle.

Dans « Toscane », nous avons tous ces riches qui veulent devenir encore plus riches.

Nous avons ces militaires, membres des forces spéciales,  qui voudraient devenir riches tout court, et surtout revenir vivants à leur base puis au bercail.

Nous avons, en vrac toujours, de l’adultère, du détournement d’argent, beaucoup d’argent, et enfin, nous avons un trafic d’armes qui pourrait générer de plantureux bénéfices.

Inutile de préciser que la dolce vita en Toscane ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir sous la plume de Vincent Ollivier.

L’avocat pénaliste signe ici son premier roman.

Une vraie réussite.

Un roman noir porté par une écriture élégante et efficace, et une construction redoutable qui nous fait remonter le temps, en maintenant un suspense continu avant de comprendre dans les toutes dernières pages ce qui s’est réellement passé.

Un roman noir où appât du gain et libido stimulée par la chaleur du soleil vont de pair pour annoncer en filigrane, la gestation, lentement mais sûrement d’un drame.

Nous ne sommes pas très loin de l’excellent polar …

 

Dernier été pour Lisa, Valentin Musso, Editions Points

71tQvWl7k1L.jpg

En 2004, on les appelait les « Inséparables ».

Lisa, Nick et Ethan ont grandi tous les trois dans une bourgade du Wisconsin, à Black Oak, dans le nord des Etats-Unis.

Nick, le fils du médecin du coin, considère Lisa un peu comme sa soeur.

Ethan, lui, est très amoureux de la jeune femme. Ils forment d’ailleurs tous les deux un joli couple d’adolescents, même si Ethan semble parfois un peu jaloux des regards que portent les autres sur sa petite amie.

Cet été-là, ils terminent leur scolarité secondaire, avant de partir à l’université, loin de leur lieu de vie habituel. Enfin, deux sur trois partiront. Lisa et Nick. Car Ethan ira travailler dans le garage de son père. Les études, ce n’est pas pour lui.

On s’en doute, l’humeur est plutôt morose. Tous savent qu’ils sont au premier grand tournant de leur jeune existence. Ils ont très envie de découvrir autre chose, mais ont peur de l’inconnu, et Ethan est convaincu que Nick et Lisa vont l’oublier très vite dans leur nouvelle vie.

A la fin des vacances, pour goûter encore un peu à la douceur de l’été, et avant de quitter ses amis, Lisa profite de l’absence de ses parents pour organiser une fête chez elle.

Ce sera la dernière …

Un homme qui promenait son chien sur la plage découvre le corps de la jeune femme. Elle a été violemment frappée à la tête avec un objet contondant qu’on n’a jamais retrouvé.

Peu de temps après, Ethan est arrêté et inculpé. Et quelques mois plus tard, condamné à la réclusion à perpétuité.

Douze ans ont passé.

Nick est devenu un écrivain à succès.

Installé à New York, il n’a jamais revu Ethan depuis le procès.

Il n’a jamais été le voir en prison. Il n’a jamais cherché à avoir de ses nouvelles, et il est toujours très mal à l’aise quand on évoque cette affaire avec lui.

Tout simplement parce qu’il n’arrive pas à imaginer son ex-meilleur ami capable d’avoir tué Lisa.

Aujourd’hui, Nick doit retourner à Black Oak. Son père vient de décéder.

Black Oak où, contre toute attente, Ethan, qui vient d’être libéré pour un vice de procédure dans son procès, est revenu vivre.

Immanquablement, pour Nick, les fantômes du passé refont surface.

Il ne peut s’empêcher d’aller voir Ethan, et face à la méfiance des habitants de la bourgade, il va essayer de reprendre l’enquête crapuleusement bâclée à l’époque, pour tenter d’innocenter son ami et trouver le véritable assassin.

Y arrivera-t-il ? C ‘est à découvrir dans cet excellent thriller psychologique très noir et rondement mené.

Une construction impeccable. Une écriture limpide. Un rythme soutenu, un suspense entier jusqu’aux dernières pages sans aucun temps mort …

Il y a du Dicker et du Tropper dans ce « Dernier été pour Lisa ».

Dans la famille Musso, moi je demande Valentin …

 

 

 

La scène des souvenirs, Kate Morton, Pocket

9782266299299_1_75

En 2011, Laurel Nicolson est une actrice célèbre en Grande-Bretagne.

Une vraie vedette.

Revers de la médaille, sa célébrité ne lui permet pas trop de se balader incognito.

Chacune de ses sorties se retrouve automatiquement dans la presse.

Mais cette fois, pas question de premier rôle.

Laurel doit se préparer à vivre des moments tristes et douloureux.

Elle se rend au chevet de sa mère mourante, dans le Suffolk.

En ouvrant une malle restée des années au grenier de la maison où elle a grandi, et en feuilletant un album photos de la famille,  elle découvre un cliché qu’elle n’avait jamais vu auparavant.

Ce cliché est daté de 1941.

On y voit Dorothy, sa mère, aux côtés d’une femme que Laurel n’a jamais vue.

Elle ne la connaît pas cette femme, elle en est certaine, mais son prénom, Vivien, sonne étrangement à ses oreilles.

Il lui semble familier, comme si elle l’avait déjà entendu il y a très longtemps.

En fait, cette photo la ramène des dizaines d’années en arrière, dans son propre passé.

Ce jour-là, il y a cinquante ans, Laurel jouait dans la maison familiale, et durant l’après-midi, pour pouvoir goûter à un moment de solitude et rêver un peu, elle a voulu s’isoler de ses sœurs et de son petit frère, et elle s’est installée dans une cabane construite dans un des arbres de la propriété.

Cachée dans son arbre, elle se souvient très bien qu’elle a vu un homme venir frapper à la porte de la maison, elle se souvient aussi qu’elle a vu sa mère le tuer d’un coup de couteau.

Un évènement traumatisant qu’elle s’était empressée d’oublier. Et plus personne n’en a jamais parlé.

A l’époque, l’affaire avait été classée sans suite, la justice ayant considéré qu’il s’agissait de légitime défense de la part de Dorothy.

Mais aujourd’hui, Laurel voudrait en savoir un peu plus sur ce drame, sur cet homme, et sur cette Vivien aperçue sur la photo, celle à cause de qui elle a repensé à cette funeste journée.

Pour cela, il va falloir se plonger dans le passé secret de ses parents, à Londres, en pleine seconde guerre mondiale.

Une plongée qui s’annonce compliquée et délicate, mais qui va vite s’avérer passionnante grâce au talent de Kate Morton, grâce à son écriture, efficace et simple, grâce à la très bonne traduction de ce roman.

Grâce aussi à une construction addictive, alternant passé et présent.

Grâce surtout à l’histoire racontée.

Extrêmement touchante et captivante que cette scène des souvenirs …

Un des pavés de l’été…

Incontournable.

 

 

Beau ravage, Christopher Bollen, Collection Points

41omO4pzXSL

Ian Bledsoe n’a plus grand chose à faire à New York.

Son père, un magnat de l’alimentation, spécialiste du petit pot pour bébés, vient de mourir, alors qu’il était seul à son chevet.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Ian n’a aucune envie d’assister aux funérailles auprès d’une famille recomposée qui ne lui veut pas que du bien depuis son retour d’Amérique centrale.

Là où, lui, le futur riche héritier, a été accusé de s’être converti l’extrême gauche et de fomenter un attentat pour saboter l’usine de son propre père.

Cherchez Ian Bledsoe sur Google. Tapez mon nom dans un moteur de recherches. C’est ce qu’ont fait tous mes employeurs potentiels depuis mon séjour au Panama. Ma faute y est racontée dans le moindre détail, archivée pour la postérité dans le cloaque historique collectif.

Dans ces conditions, c’est très compliqué pour Ian de retrouver du boulot, ce qui a inévitablement des conséquences désastreuses sur ses finances. Il est complètement fauché.

Ce qui l’amène à reprendre contact avec son ami d’enfance, son ancien meilleur ami, Charlie.

Charlie, dont les parents étaient encore plus riches que ceux de Ian, est aujourd’hui installé au milieu de la mer Egée, sur l’île de Patmos, où il a lancé une société de location de yachts pour vacanciers aisés.

L’objectif de Ian est très clairement de demander de l’argent à son ami, pour essayer de se refaire une santé financière. Il se rend donc sur cette île de rêve, mais rien ne se déroule comme il l’avait prévu.

D’abord, Charlie n’accède pas à sa demande. Au lieu de lui prêter de l’argent, il lui propose de devenir son bras droit dans sa société.

Même si Ian n’y connaît absolument rien en navigation, ni en yachts, il n’a pas vraiment le choix et accepte la proposition qui semble néanmoins alléchante.

Ensuite, alors que Ian commence à peine à prendre ses fonctions, Charlie disparaît sans laisser aucune trace, laissant sa petite amie et son entourage dans l’inquiétude. Une disparition que Ian couvre, bien malgré lui durant les premières heures.

Avec son installation sur l’île paradisiaque, Ian pensait tourner le dos à ses problèmes …

Ils ne font que commencer.

La descente aux enfers n’est pas loin …

Sur Patmos, on ne fait pas que se dorer au soleil, draguer les filles et s’envoyer des shoots de vodka … et les amis ne sont pas toujours ceux qu’on croit.

On a connu Christopher Bollen avec Manhattan People et plus récemment avec Long Island.

Beau ravage est son troisième roman. Son écriture est élégante et efficace.

Dans une histoire assez addictive finalement, malgré quelques longueurs et quelques lenteurs, impossible de lâcher ces 663 pages avant de connaître le fin mot de ce suspense où argent, amitié et jalousie se bousculent.

Un excellent choix pour l’été et les vacances.

 

 

 

Missing : Germany, Don Winslow, Points

006461172

Frank Decker est un ancien marine de l’armée US.

Il a notamment servi en Afghanistan et en Irak pour lutter contre Al Qaïda.

Ancien marine également, son pote, Charles Sprague. Qui lui a sauvé la vie quand leur véhicule a sauté sur une mine.

Frank est aussi ancien flic. Mais aujourd’hui, il a quitté la police.

Il veut simplement gagner sa vie en faisant quelque chose d’utile.

Et il prétend qu’il est doué pour retrouver des gens qui ont disparu.

Ce qui est la vérité. En Irak, il le faisait pour les éliminer. Ici, il les ramène vivants.

Charles Sprague a quitté l’armée, lui aussi. Il en garde de très vilaines cicatrices dans le visage, après avoir sauvé Franck d’une mort certaine.

Charles est à présent promoteur immobilier en Floride. Et les affaires marchent plutôt bien pour lui.

Il déborde de projets, et il est milliardaire.

Frank n’hésite pas une seconde quand Charles l’appelle un jour, complètement affolé.

Sa femme, la très belle Kim n’a plus donné le moindre signe de vie depuis plusieurs heures, ce qui ne lui ressemble pas vraiment.

A-t-elle été enlevée ? Est-elle partie volontairement sans rien dire, pour le quitter ? A-t-elle fait une mauvaise rencontre ? Est-elle seulement toujours en vie ?

Les hypothèses sont nombreuses et pas vraiment réjouissantes pour le mari très inquiet.

Une inquiétude qui grandit encore quand on retrouve des traces de sang dans la salle de bains de la jeune femme…

Une jeune femme bien sous tous rapports.

Elle a fait des études, elle s’occupe volontiers d’organisations caritatives.

Orpheline de père et de mère, elle n’a plus de famille. C’est d’ailleurs Frank qui l’a conduite à son bras à l’autel, lors du mariage de son ami.

Bien sous tous rapports, vraiment ?

L’enquête commence à peine, et une des premières choses que Frank découvre, c’est que Kim n’a pas dit toute la vérité sur son passé à son mari et à ses amis …

Le tableau est nettement moins rose qu’annoncé, ce qui risque de multiplier les pistes pour essayer d’élucider cette disparition…

Des investigations que vous allez suivre impatiemment, sans lâcher une seconde la progression de l’enquête dans ce Miami qui n’est pas vraiment celui des cartes postales. Ici, des gangs, la mafia russe ou ukrainienne se disputent les marchés et le territoire, parfois avec la complicité complaisante des autorités.

Quelles sont dès lors les chances de retrouver Kim vivante ?

Frank n’est pas très optimiste …

Don Winslow signe ici le deuxième opus des aventures de Frank Decker, dont nous avions fait la connaissance dans l’excellent Missing New York .

Winslow, qui a été détective privé dans une vie antérieure, est l’auteur d’une vingtaine de romans. Il est l’un de ceux qui compte aux Etats-Unis.

Polars, thrillers, il a plus d’une corde à son arc.

Son écriture est extrêmement vive, sans aucune fioriture.

Vous voulez de l’action sans prise de tête ? Vous en aurez.

Difficile de reprendre son souffle dans ce polar qui tient toutes ses promesses.

Les déracinés, Catherine Bardon, Pocket

9782266287302ORI

Almah  est la fille de Julius Kahn, un éminent chirurgien, chef de la Polyclinique de Vienne et d’Hannah Khitrov, la cadette d’une riche famille de banquiers.

Histoire de ne pas faire tout à fait comme son père, Almah ne veut pas être médecin : elle est étudiante en dentisterie.

Wilhelm Rosenheck, lui, a 25 ans, il est le fils de prospères imprimeurs installés depuis longtemps dans la capitale autrichienne, il ne veut pas reprendre l’affaire familiale : il veut être journaliste. Rien d’autre.

Nous sommes en 1932 quand Wilhelm rencontre Almah.

Le  coup de foudre est immédiat entre les jeunes gens.

Leurs fiançailles sont annoncées quelques mois plus tard, alors que le pays rentre dans une des périodes les plus noires et incertaines de son histoire.

Le mariage est célébré en juin 35 à la Grande Synagogue de Vienne.

Les invités à la noce essaient de ne pas penser à la situation politique ni à tous leurs amis qui ont déjà quitté le pays, un pays où la liberté d’expression ne sera plus bientôt plus qu’un lointain souvenir, un pays où l’antisémitisme se radicalise et devient chaque jour plus violent.

Almah et son mari, eux,  veulent essayer de continuer à vivre normalement. En octobre 36, ils saluent l’heureuse naissance d’un fils, Frederick.

Les mois passent, et la situation politique ne s’arrange pas. Au contraire, chaque jour dévoile une situation de plus en plus précaire pour la population juive.

Des écriteaux fleurissent dans les parcs, dans les édifices publics, des lettres anonymes, d’insultes ou de dénonciation atterrissaient dans les boîtes aux lettres. Les Juifs étaient diabolisés, des pestiférés en butte à l’hostilité générale et chaque jour était une nouvelle cure de désillusion.

Autour du jeune couple, leurs amis se bousculent aux frontières pour fuir, loin. Aux Etats-Unis ou en Angleterre. Un exil forcé encouragé par leurs parents, mais partir ne semble pas encore à l’ordre du jour pour Almah et Wil, tous les deux paralysés à l’idée de tout redémarrer à zéro ailleurs et de laisser une partie de leur famille à Vienne.

Mais, l’histoire s’emballe.

Le 12 mars 38, l’Allemagne nazie annexe l’Autriche. Dès le lendemain, tout le pays, et Vienne en particulier, connaît de violentes manifestations d’antisémitisme. En quelques heures à peine, des milliers de Juifs et d’opposants politiques de tous bords sont déportés.

Des familles entières se suicident. C’est l’horreur dans les rues. Les synagogues sont incendiées, les mesures anti-juives sont de plus en plus insupportables.

Nous étions exclus de toute vie sociale : théâtres, musées, bibliothèques, cinémas, salles de concerts, centres sportifs nous étaient désormais interdits. Les écoles publiques et les universités nous avaient fermé leurs portes. On nous privait de tout moyen de subsistance, nous interdisant de pratiquer nos professions.

Pour le jeune couple, la situation devient intenable.

La mort dans l’âme, ils décident de partir. Ils iront s’installer aux Etats-Unis.

Mais les choses ne sont pas aussi simples. Et c’est un terrible choc quand on leur annonce, alors qu’ils sont en Suisse, en transit, dans un camp de réfugiés de la Croix Rouge, que leurs visas américains sont des faux .

La seule solution pour eux est d’accepter de partir vers les Caraïbes, vers la République Dominicaine où le dictateur en place vient de promettre 100.000 visas aux Juifs d’Europe.

Une destination beaucoup moins attirante que les Etats-Unis, un pays où il n’y a rien, ou presque, où tout est à construire, quasi en pleine jungle, dans un environnement naturel plutôt hostile, sans aucune route ni infrastructure…

Comment la famille Rosenheck va-t-elle faire face à cet avenir qu’elle subit, meurtrie d’avoir dû quitter son pays, désespérée d’avoir dû laisser des parents à Vienne, avec ce terrible sentiment de culpabilité aussi d’être toujours en vie …

Comment Almah, Wilhelm, Frederick, et la petite dernière, Ruth, vont-ils reconstruire leur existence, et peut-être leur bonheur ?

Vous le découvrirez en lisant ce magnifique roman de Catherine Bardon.

Un roman qui marque à jamais,  où l’on se lie à vie avec les personnages, terriblement attachants.

Basé sur des faits réels, le roman évoque la faculté de rebondir, la résilience, les rapports humains, l’amitié,  l’amour.

Il y a tout ça dans le roman de Catherine Bardon et beaucoup plus encore.

Une fresque familiale absolument captivante qu’on lit d’une traite.

C’est probablement le meilleur poche de l’été … si pas de l’année …