Les choses humaines, Karine Tuil, Gallimard

tuil

Dans la famille Farel, il y a monsieur, 70 ans, célèbre journaliste politique en télé, vedette sur la chaîne publique.

Monsieur n’a qu’une seule crainte, c’est qu’on lui demande de prendre sa pension pour laisser la place aux plus jeunes.

Dans la famille Farel, il y a madame aussi. 27 ans de moins que son époux.

Intellectuelle, essayiste féministe reconnue, brillante.

Engagée pour les femmes. Son avis compte.

Madame et Monsieur Farel donc.

Claire et Jean.

Un couple libre : depuis des années, leur mariage n’est plus qu’une façade pour le public.

Chacun a refait sa vie de son côté, mais les deux restent en termes corrects pour leur fils Alexandre.

Alexandre, étudiant à Stanford, une des plus prestigieuses universités américaines, voire mondiales n’a pas encore fini ses études, mais son CV est déjà repéré par des chasseurs de têtes.

C’est qu’Alexandre est un élève plutôt surdoué, un premier de classe qui savait lire, écrire et compter à trois ans.

Même s’il n’a pas toujours été bien dans sa peau, aujourd’hui, le jeune homme semble avoir réussi à surmonter son premier grand chagrin d’amour.

Tout va donc relativement bien pour les Farel, excepté les vulgaires petits tracas du quotidien.

Jusqu’au jour où une accusation de viol vient menacer cet équilibre.

Evidemment, la nouvelle sort partout dans la presse : Alexandre, lui qui était promis à un si bel avenir,  le brillant fils de ce couple en vue, vient d’être arrêté par la police, soupçonné d’avoir violé Mila Wizman, la fille aînée du nouveau compagnon de sa propre mère.

Une accusation puis une mise en examen qui va déchaîner les passions.

Les répercussions seront énormes pour chacun des membres des familles concernées, tant du côté de la victime que du côté de l’accusé.

Tous sont complètement ébranlés par cette machine judiciaire qui leur tombe dessus.

Une machine impitoyable, inhumaine.

Si froide.

Un engrenage dont personne ne sort indemne.

La mère d’Alexandre est dévastée.

Claire continuait d’affirmer publiquement qu’elle était convaincue de l’innocence de son fils mais depuis qu’elle avait entendu le témoignage de Mila, elle doutait. Et s’il l’avait vraiment violée. (…) Il avait peut-être été « insistant sous l’emprise de l’alcool et de la cocaïne » …

Alors qu’il s’agit de déterminer si Alexandre est oui ou non coupable de ce viol qu’il jure ne pas avoir commis, son procès commence devant la Cour d’Assises.

En pleine période BalanceTonPorc.

En plein pendant l’affaire Weinstein.

Alexandre prétend que Mila était consentante. Elle dit qu’il l’a menacée avec un couteau.

Quelle sera l’issue de ce procès hyper médiatisé ?

Où est la vérité ?

Qui dit vrai ?

Alexandre qui ne se défend pas très bien, ou Mila, qui l’accuse en s’empêtrant parfois dans le mensonge ?

C’est à lire dans ce 11ième roman de Karine Tuil.

Un roman qu’on a beaucoup de mal à lâcher.

C’est tellement bien écrit, la construction en est redoutable, et il pose des questions tellement interpellantes qu’il en est addictif.

Addictif et assez époustouflant.

De quoi rendre la lecture de ce roman, aussi brillant que dérangeant, obligatoire dès l’adolescence.

Un roman qui bouscule sans jamais prendre parti.

C’est probablement ce qui fait sa force.

Peut-être le meilleur de Tuil, qui se retrouve une fois encore sur les listes du Goncourt …

Si vous ne lisez qu’un roman de cette rentrée, c’est celui-ci.

Tout cela je te le donnerai, Dolores Redondo, Pocket

9782266291590ORI

Alors qu’il est en train d’écrire les toutes dernières pages de son nouveau roman, Manuel Ortigosa, écrivain à succès, est interrompu par des coups frappés à la porte de son appartement madrilène.

Ce sont deux gardes civils en uniforme.

Il comprend très vite qu’ils ne sont pas là pour annoncer de bonnes nouvelles.

De fait, si les autorités se sont déplacées, c’est pour lui annoncer la mort de son mari Alvaro.

Un banal accident de circulation, d’après la police.

Sa voiture est sortie de la route, dans une ligne droite, alors que la visibilité était très bonne. Aucun autre véhicule n’est impliqué.

La police pense qu’il s’est endormi au volant, comme cela arrive malheureusement fréquemment.

A 44 ans, l’homme avait toute la vie devant lui.

Ses affaires marchaient bien, il était heureux en couple, avec Manuel qui n’en croit pas ses oreilles, mais qui doit douloureusement se rendre à l’évidence devant la dépouille de son compagnon à la morgue.

A la douleur de la perte si cruelle et si subite de l’être aimé, s’ajoute l’incompréhension totale face aux mensonges du défunt.

Parce qu’Alvaro avait annoncé à son époux qu’il partait à Barcelone pour quelques jours, le temps de la conclusion et de la signature d’un gros contrat avait-il précisé.

Or, c’est à des centaines de kms de là,  en Galice, dans sa province natale, que l’accident a eu lieu.

Là, où vit sa famille, une famille qu’il dit ne plus voir depuis des années parce qu’elle n’accepte pas son homosexualité.

Et puis, il y a cet inspecteur de police et cette médecin légiste qui laissent clairement sous-entendre à Manuel qu’Alvaro n’est pas mort dans cet accident de voiture, mais qu’il a été victime d’un meurtre. Une petite entaille au couteau, très discrète, pourrait en être la preuve.

Lors des funérailles, Manuel se rend bien compte de la puissance de la famille d’Alvaro : des aristocrates qui règnent en maîtres absolus sur ces terres galiciennes depuis des lustres. Et ça ferait très mauvais genre qu’on sache ou qu’on puisse penser qu’un de leurs membres est mort assassiné.

Visiblement, Alvaro n’a pas coupé les ponts avec eux comme il l’a prétendu si longtemps.

Pourquoi ?

Ce n’est qu’une des questions que se pose Manuel qui décide de rester quelques jours sur place pour essayer de comprendre qui était vraiment son mari.

Une décision qui ne fait pas que des heureux.

L’hostilité de sa belle famille est évidente. L’écrivain en a vu d’autres dans sa vie.

Il veut savoir. Et personne ne pourra l’en empêcher.

Même si ce séjour forcé en Galice ne sera pas de tout repos.

Qu’importe.

Manuel n’a pas le choix . C’est l’étape nécessaire pour essayer d’arriver à accepter cette disparition,  avec le risque de découvrir des choses qui le feront souffrir.

Son expérience lui a appris combien la vie peut être cruelle.

Mais il ne sait pas encore que chez ces aristocrates galiciens, on peut être aussi cupide qu’arrogant.

Une arrogance aussi détestable que tous ces secrets de famille qui remontent enfin à la surface…

Vous ne lâcherez pas ce pavé de 737 pages et tous ses rebondissements une seconde.

Les jurés du Prix Planeta, l’équivalent espagnol du Goncourt, ne se sont pas trompés en décernant, en octobre 2016,  le 65ième prix de son histoire à Dolores Redondo.

Ce roman, à la fois policier et chronique familiale d’un autre temps, se lit comme un excellent thriller.

Addictif. Touchant.

Un roman fort, très noir.

Attachant. Emouvant.

Dans cette Galice si mystérieuse, où le religieux a toujours une place prépondérante.

Comment ne pas être bouleversé par le cauchemar que vit son héros : se réveiller un matin pour apprendre la disparition de celui qu’on aime le plus, et puis se rendre compte que cet être si cher, avec qui on partage sa vie depuis si longtemps n’est pas la personne que l’on croit ?

Ne surtout pas passer à côté de ce petit bijou.

 

Toscane,Vincent Ollivier, J’ai lu

Toscane

En vrac, nous avons ces trois coups de feu qui déchirent le calme d’un tableau presque idyllique dans un gîte de vacances en plein cœur de la Toscane.

Nous avons des chevaux, le soleil très haut dans le ciel,  la campagne magnifique, le farniente, les apéros, des crostinis et du prosecco à gogo, les repas qui s’éternisent, les cyprès et la douceur du vent.

Le bonheur aurait pu ne pas être trop loin. Il aurait pu, oui.

Mais, il y a ce couple assez mal assorti d’Anglais plutôt fortunés.

Ce banquier d’affaires dont le cynisme n’a d’égal que son assiduité à la recherche d’aventures sexuelles.

Il y a aussi, sans l’oublier, ce jeune policier qui veut comprendre à tout prix.

Nous avons encore ces deux militaires américains en mission en Afghanistan.

Tous les jours à risquer leur vie dans un conflit sanguinaire qui n’en finit pas.

Il y a, comment passer à côté,  la messagerie Twitter qui permet d’échanger des messages de manière quasi instantanée, où que l’on soit sur la planète, quel que soit le milieu dont on provient, Twitter est presque aveugle.

Dans « Toscane », nous avons tous ces riches qui veulent devenir encore plus riches.

Nous avons ces militaires, membres des forces spéciales,  qui voudraient devenir riches tout court, et surtout revenir vivants à leur base puis au bercail.

Nous avons, en vrac toujours, de l’adultère, du détournement d’argent, beaucoup d’argent, et enfin, nous avons un trafic d’armes qui pourrait générer de plantureux bénéfices.

Inutile de préciser que la dolce vita en Toscane ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir sous la plume de Vincent Ollivier.

L’avocat pénaliste signe ici son premier roman.

Une vraie réussite.

Un roman noir porté par une écriture élégante et efficace, et une construction redoutable qui nous fait remonter le temps, en maintenant un suspense continu avant de comprendre dans les toutes dernières pages ce qui s’est réellement passé.

Un roman noir où appât du gain et libido stimulée par la chaleur du soleil vont de pair pour annoncer en filigrane, la gestation, lentement mais sûrement d’un drame.

Nous ne sommes pas très loin de l’excellent polar …

 

Une famille comme il faut, Rosa Ventrella, Les Escales

9782365694216-475x500-1

Maria de Santis est née dans une famille de Bari, en plein coeur des Pouilles, dans le Sud de l’Italie.

Son père, qui ressemble vaguement à Tony Curtis, y est pêcheur depuis toujours. Il est aussi taciturne et violent parfois, mais rarement avec elle.

Sa mère, femme au foyer, a dû être très belle. Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, effacée devant les colères et les humeurs du mari.

Maria a deux frères, dont l’un fréquente des voyous. Il ne devrait pas. Il pourrait lui arriver des bricoles.

Toute la famille vit dans une petite maison d’un quartier pauvre.

Nous, les enfants, nous courions après dans les virages d’une Babel de ruelles, dans les odeurs de draps étendus sur des fils de fer et de sauces relevées où les morceaux de veau mijotaient des heures durant. C’est sur ces pavés que j’ai passé ma jeunesse. Je ne me rappelle pas avoir pensé que ces années étaient moches ou malheureuses. La laideur et la douleur étaient partout autour de moi.

Mais Maria ne semble pas en souffrir.

Elle n’a jamais connu quelque chose d’autre, elle, la fillette qu’on appelle « malacarne » (mauvaise chair) en raison de son côté rebelle et de sa peau si mate.

Dans les années 80, elle poursuit sa scolarité avec les enfants de son quartier dans une petite école où le professeur peut être cruel avec ses élèves.

Ce n’est pas un problème non plus pour Maria, qui est intelligente, et qui a très vite compris que si elle voulait sortir de sa condition, et ne pas avoir la même triste vie que sa mère ou les autres membres de sa famille de Santis,  il n’y avait qu’une solution qui s’offrait à elle : celle d’apprendre encore et encore : son salut passera par les études.

Heureusement, son père, à qui elle est la seule à oser tenir tête, accepte qu’elle s’inscrive au collège pour y poursuivre sa scolarité.

Une vraie joie pour Maria, même si elle doit affronter l’inconnu et les méchancetés des autres élèves tous issus d’une autre condition sociale qu’elle.

Elle ne se laissera pourtant pas abattre.

Au contraire, les moqueries qu’elle doit parfois subir de ses camarades de classe vont renforcer son caractère et sa personnalité.

Son seul regret, c’est qu’à présent, Michele, ne sera plus là pour la défendre.

Michele, son seul véritable ami, qu’elle ne peut plus voir parce que son père lui a interdit de fréquenter ce garçon issu d’une famille de truands que tout le monde craint dans l’entourage de la jeune fille.

Elle se sent donc parfois seule, mais qu’importe, elle y arrivera.

Comment ?

C’est à découvrir dans ce très beau roman de Rosa Ventrella, le premier de l’auteure à sortir en français.

Certains esprits chagrins diront qu’il s’agit d’une copie des romans d’Elena Ferrante.

C’est faux. Complètement faux.

Le seul point commun entre les destins de Maria, et ceux de Lila et Lenù, les héroïnes de Ferrante, c’est qu’il concerne des fillettes qui grandissent dans un environnement extrêmement pauvre.

Pour le reste, l’histoire est complètement différente, elle se déroule dans des endroits différents également. Bari n’est pas Naples.

Et l’écriture de Ventrella n’est en rien comparable à celle de Ferrante. Elle est beaucoup plus rapide et incisive.

Au départ, avec Une famille comme il faut  Ventrella pensait écrire l’histoire de l’émancipation d’une fille par rapport à un père plus que difficile.

Ce sera finalement un roman beaucoup plus vaste que cela : celui de l’apprentissage de la vie quand on naît du mauvais côté, quand on ne peut compter que sur soi-même, dans cette Italie du Sud où pauvreté rime souvent avec violence, mais aussi avec amitié, amour et tendresse.

Un très beau roman.

 

Le dernier cadeau de Paulina Hoffman, Carmen Romero Dorr, Editions les Escales

9782365694285ORI

Paulina Hoffman vient de mourir.

A 84 ans, elle était pourtant encore en excellente santé et vivait toujours seule, en totale indépendance.

Une insuffisance cardiaque dans son sommeil aura eu raison de son existence, au grand désespoir de ses proches.

Paulina était extrêmement appréciée par ses enfants et par sa petite fille Alicia, qui a toujours vu en sa grand-mère presque une mère de substitution puisque la sienne est décédée quand elle était toute jeune.

C’est vers Paulina qu’Alicia s’est toujours tournée, quand elle n’allait pas bien, ou pour partager toutes ses joies.

Sa peine est donc immense.

Réunie chez le notaire pour prendre connaissance du testament de la défunte, la famille ne peut cacher son étonnement.

Au cours des cinquante dernières années de sa vie, Paulina avait été une femme riche, et comme toute Allemande qui se respecte, elle avait organisé sa succession dans le moindre détail …

Pour réserver une ultime surprise aux siens : elle lègue à sa petite fille, un appartement à Berlin.

Personne n’a jamais entendu parler de cet appartement, Paulina n’ayant même jamais mentionné le moindre voyage dans la capitale allemande.

Ce qu’elle aurait pu faire puisque Paulina y a grandi pendant la guerre, voyant d’abord son père médecin partir soigner au front, pour ne jamais revenir.

Paulina qui a aussi perdu ses deux frères adolescents enrôlés de force pour se battre contre les Alliés.

Paulina qui a vu sa meilleure amie juive disparaître du jour au lendemain, avec toute sa famille.

Paulina qui était assez âgée pour comprendre les horreurs du nazisme, et également les  atrocités commises par les soldats russes sur les femmes allemandes quand Berlin a été libéré.

Si Paulina a pu survivre à tout ça, c’est grâce à la persévérance et au courage de sa propre mère qui a réussi à quitter le payer pour fuir en Espagne, où elles avaient de la famille.

C’est là que la jeune fille va reprendre goût à la vie.

A Madrid, sous le régime franquiste.

Mais la vie ne sera pas facile. Elle sera même assez tumultueuse. Durant de très longues années.

C’est ce que va découvrir Alicia, qui a décidé de se rendre à Berlin, sur les traces du passé de sa grand-mère adorée.

Un voyage qu’elle entame dans de bien mauvaises conditions, après un divorce douloureux.

Et elle sera obligée de faire face à ses propres démons pour essayer de démêler le vrai du faux de ses origines germano-espagnoles, et aspirer enfin à la sérénité.

Le dernier cadeau de Paulina Hoffman de Carmen Romero Dorr est un bien joli premier roman qu’on referme à regret, tant on aurait voulu que l’histoire continue encore.

Ce voyage, qui nous balade constamment entre passé et présent, entre Madrid et Berlin, nous offre des tranches de vie de Paulina et de sa petite fille qui s’emboîtent impeccablement, d’une jolie manière, émouvante et assez fascinante.

Une vraie réussite que le destin de ces deux femmes si fortes et si fragiles à la foi …

 

 

 

 

La scène des souvenirs, Kate Morton, Pocket

9782266299299_1_75

En 2011, Laurel Nicolson est une actrice célèbre en Grande-Bretagne.

Une vraie vedette.

Revers de la médaille, sa célébrité ne lui permet pas trop de se balader incognito.

Chacune de ses sorties se retrouve automatiquement dans la presse.

Mais cette fois, pas question de premier rôle.

Laurel doit se préparer à vivre des moments tristes et douloureux.

Elle se rend au chevet de sa mère mourante, dans le Suffolk.

En ouvrant une malle restée des années au grenier de la maison où elle a grandi, et en feuilletant un album photos de la famille,  elle découvre un cliché qu’elle n’avait jamais vu auparavant.

Ce cliché est daté de 1941.

On y voit Dorothy, sa mère, aux côtés d’une femme que Laurel n’a jamais vue.

Elle ne la connaît pas cette femme, elle en est certaine, mais son prénom, Vivien, sonne étrangement à ses oreilles.

Il lui semble familier, comme si elle l’avait déjà entendu il y a très longtemps.

En fait, cette photo la ramène des dizaines d’années en arrière, dans son propre passé.

Ce jour-là, il y a cinquante ans, Laurel jouait dans la maison familiale, et durant l’après-midi, pour pouvoir goûter à un moment de solitude et rêver un peu, elle a voulu s’isoler de ses sœurs et de son petit frère, et elle s’est installée dans une cabane construite dans un des arbres de la propriété.

Cachée dans son arbre, elle se souvient très bien qu’elle a vu un homme venir frapper à la porte de la maison, elle se souvient aussi qu’elle a vu sa mère le tuer d’un coup de couteau.

Un évènement traumatisant qu’elle s’était empressée d’oublier. Et plus personne n’en a jamais parlé.

A l’époque, l’affaire avait été classée sans suite, la justice ayant considéré qu’il s’agissait de légitime défense de la part de Dorothy.

Mais aujourd’hui, Laurel voudrait en savoir un peu plus sur ce drame, sur cet homme, et sur cette Vivien aperçue sur la photo, celle à cause de qui elle a repensé à cette funeste journée.

Pour cela, il va falloir se plonger dans le passé secret de ses parents, à Londres, en pleine seconde guerre mondiale.

Une plongée qui s’annonce compliquée et délicate, mais qui va vite s’avérer passionnante grâce au talent de Kate Morton, grâce à son écriture, efficace et simple, grâce à la très bonne traduction de ce roman.

Grâce aussi à une construction addictive, alternant passé et présent.

Grâce surtout à l’histoire racontée.

Extrêmement touchante et captivante que cette scène des souvenirs …

Un des pavés de l’été…

Incontournable.

 

 

Les actes, Cécile Guidot, Editions JC Lattès

71pC9UPtfrL.jpg

Après avoir fait un break de 6 mois pour effectuer un tour du monde en solo, Claire Castaigne, la petite trentaine, plutôt bien dans ses baskets, doit recommencer à travailler.

Cela ne semble pas franchement évident au premier regard quand on voit ses tatouages, quand on la voit enfourcher sa grosse moto ou encore quand on constate qu’elle passe ses pauses déjeuners à surfer sur Tinder pour se dénicher un rencard avec un mec, mais Claire est notaire.

Elle vient de postuler dans un prestigieux cabinet parisien, chez PRF.

Son entretien d’embauche face aux associés se passe bien.

Son expérience professionnelle précédente dans un autre office notarial de la capitale, son aplomb et son sourire lui permettent de décrocher le poste convoité.

Pendant neuf mois, elle sera notaire assistant, avant de peut-être changer de statut et de passer à notaire salarié.

Elle sera affectée à sa spécialité, le droit de la famille et du patrimoine.

Les successions, les divorces, les testaments, les donations et les contrats de mariage n’ont plus aucun secret pour elle.

C’était souvent difficile, mais elle aimait être face à la nature humaine dans toute sa complexité, même si parfois, elle ressentait comme un vertige d’être au bord du précipice.

Claire commence  à travailler directement.

En fanfare si on peut dire. Le présentateur vedette du journal télévisé vient de décéder d’une crise cardiaque à 52 ans. Il était marié, avait un enfant reconnu, mais aussi des maîtresses et d’autres enfants plus ou moins légitimes. Bref, un dossier sensible vu la personnalité publique du défunt, et assez compliqué vu sa situation matrimoniale .

Claire va devoir faire preuve de discrétion, d’ingéniosité et de diplomatie.

Heureusement, tous les dossiers ne sont pas aussi touchy.

Même si de nombreux clients de l’étude sont très aisés financièrement, il y en a aussi qui ne roulent pas sur l’or, et qui sont, eux aussi, obligés de passer par les services d’un notaire. Ce sont les préférés de Claire, les plus attachants, ceux qui ont le plus besoin d’une oreille charitable pour régler leurs problèmes.

Mais, que vous soyez riches ou pauvres, rien n’est simple quand la mort, la maladie, l’argent, les sentiments, les tromperies viennent bouleverser l’existence.

Claire y est préparée. C’est son métier et son quotidien : parfois violent, parfois cruel, parfois tragique, parfois drôle aussi.

C’est la vie et les coulisses d’une étude que Claire Guidot, notaire elle-même, nous fait vivre dans son premier roman.

Un peu comme si nous étions assis au coin de son bureau quand elle reçoit des clients.

Avec elle, nous vivons le quotidien d’un cabinet qui ressemble un peu à une fourmilière. Là où collègues sympas et ceux qui le sont beaucoup moins sont obligés de se côtoyer, de travailler parfois ensemble sur un même dossier, en respectant et en faisant respecter la loi, ce qui ne plaît pas toujours à tout le monde…

Là où comme partout, il y a les collègues qui sont prêts à rendre service, et les autres pour qui tous les coups sont permis…

Et puis, il y a surtout cette fantastique plongée au coeur de la nature humaine et cette immersion totale dans un monde complètement méconnu : celui du notariat.

Dans le monde de celles et ceux qui, malheureusement ou heureusement, selon les circonstances, partagent avec nous, que nous le voulions ou non, tous les grands moments de notre vie …

Un premier roman absolument passionnant, qui mériterait une suite …