Dernier été pour Lisa, Valentin Musso, Editions Points

71tQvWl7k1L.jpg

En 2004, on les appelait les « Inséparables ».

Lisa, Nick et Ethan ont grandi tous les trois dans une bourgade du Wisconsin, à Black Oak, dans le nord des Etats-Unis.

Nick, le fils du médecin du coin, considère Lisa un peu comme sa soeur.

Ethan, lui, est très amoureux de la jeune femme. Ils forment d’ailleurs tous les deux un joli couple d’adolescents, même si Ethan semble parfois un peu jaloux des regards que portent les autres sur sa petite amie.

Cet été-là, ils terminent leur scolarité secondaire, avant de partir à l’université, loin de leur lieu de vie habituel. Enfin, deux sur trois partiront. Lisa et Nick. Car Ethan ira travailler dans le garage de son père. Les études, ce n’est pas pour lui.

On s’en doute, l’humeur est plutôt morose. Tous savent qu’ils sont au premier grand tournant de leur jeune existence. Ils ont très envie de découvrir autre chose, mais ont peur de l’inconnu, et Ethan est convaincu que Nick et Lisa vont l’oublier très vite dans leur nouvelle vie.

A la fin des vacances, pour goûter encore un peu à la douceur de l’été, et avant de quitter ses amis, Lisa profite de l’absence de ses parents pour organiser une fête chez elle.

Ce sera la dernière …

Un homme qui promenait son chien sur la plage découvre le corps de la jeune femme. Elle a été violemment frappée à la tête avec un objet contondant qu’on n’a jamais retrouvé.

Peu de temps après, Ethan est arrêté et inculpé. Et quelques mois plus tard, condamné à la réclusion à perpétuité.

Douze ans ont passé.

Nick est devenu un écrivain à succès.

Installé à New York, il n’a jamais revu Ethan depuis le procès.

Il n’a jamais été le voir en prison. Il n’a jamais cherché à avoir de ses nouvelles, et il est toujours très mal à l’aise quand on évoque cette affaire avec lui.

Tout simplement parce qu’il n’arrive pas à imaginer son ex-meilleur ami capable d’avoir tué Lisa.

Aujourd’hui, Nick doit retourner à Black Oak. Son père vient de décéder.

Black Oak où, contre toute attente, Ethan, qui vient d’être libéré pour un vice de procédure dans son procès, est revenu vivre.

Immanquablement, pour Nick, les fantômes du passé refont surface.

Il ne peut s’empêcher d’aller voir Ethan, et face à la méfiance des habitants de la bourgade, il va essayer de reprendre l’enquête crapuleusement bâclée à l’époque, pour tenter d’innocenter son ami et trouver le véritable assassin.

Y arrivera-t-il ? C ‘est à découvrir dans cet excellent thriller psychologique très noir et rondement mené.

Une construction impeccable. Une écriture limpide. Un rythme soutenu, un suspense entier jusqu’aux dernières pages sans aucun temps mort …

Il y a du Dicker et du Tropper dans ce « Dernier été pour Lisa ».

Dans la famille Musso, moi je demande Valentin …

 

 

 

La dernière chasse, Jean-Christophe Grangé, Albin Michel

aaaa.jpg

Pierre Niémans, qu’on a connu dans les Rivières pourpres,  est de retour.

Il y a plusieurs années, il a été sérieusement blessé physiquement, tellement amoché d’ailleurs qu’il a, tout un temps, été déclaré « invalide de première catégorie » par la Sécurité sociale.

Ne parlons pas de son moral qui en a pris un fameux coup également.

Après sa convalescence, l’administration l’a envoyé donner cours à l’Ecole de Police, puis, lui a demandé de s’occuper de cas tout à fait spéciaux.

V’là le topo, lui avait-on dit en substance, y’a de plus en plus de crimes cinglés aux quatre coins de la France, les cruchots s’en sortent pas. On va monter un Office central qui pourra envoyer des gars de Paris dans tout l’Hexagone. Des flics aguerris, détachés, au cas par cas, auprès des services de gendarmerie.

Niemans accepte, sa seule revendication : qu’on lui désigne un adjoint.

Ce sera une adjointe. Elle s’appelle Ivana Bogdanovic. Elle est d’origine croate.

Ce qui lui était arrivé de mieux depuis son retour du néant.

Avec elle, il fait route vers Fribourg-en-Brisgau, dans la Forêt Noire, en Allemagne.

Ce qui les intéresse, cette fois, c’est un meurtre qui a été commis en Alsace : la victime, s’appelle Jürgen Geyersberg, 34 ans.

Il a été retrouvé horriblement mutilé après une partie de chasse, sa tête reposant à plusieurs mètres de son corps.

Le jeune homme était le principal héritier, avec sa soeur, de la vingtième fortune allemande, une place due aux activités très lucratives de leur entreprise, VG, le leader de l’ingénierie automobile teutonne.

Chaque année, les Geyersberg organise une grande chasse à courre en France, ce qui est strictement interdit dans leur pays, une chasse où se presse toute l’aristocratie locale.

Sur la scène de crime, les premières constatations n’ont pas donné grand chose.

L’enquête s’annonce délicate, d’autant que les Geyersberg, qui sont des gestionnaires redoutables de leur empire, pèsent plus de dix milliards de dollars.

Autant d’argent ne laisse personne indifférent.

Le frère et la soeur ont plus d’un ennemi.

Même si, pour les actionnaires du groupe, éliminer Jürgen n’a pas de sens, ce serait un peu comme tuer la poule aux oeufs d’or.

Il n’empêche : les faits sont là : qui a pu en vouloir à Jürgen au point de le décapiter, et de le mutiler autant ?

Il y a bien quelques pistes à creuser, mais Niémans et Bogdanovic ne sont pas au bout de leurs surprises dans ce monde si particulier des amateurs de chasse, ou dans celui des amateurs de molosses terrifiants utilisés par les nazis, des chiens censés avoir disparu de la planète depuis des dizaines d’années, depuis la fin de la guerre et le démantèlement des « Chasseurs noirs », les braconniers d’Hitler, toujours prêts à effectuer les basses besognes du dictateur.

Niémans a toujours eu horreur et une peur panique des chiens, et cela depuis sa plus tendre enfance…

Cela ne va pas forcément l’aider dans sa quête de la vérité, et le danger est toujours présent …

Vous ne lâcherez pas ce 13ième roman de Grangé avant de l’avoir fini.

Un Grangé au top de sa forme, des personnages plus vrais que nature, attachants et si complexes,  avec leurs faiblesses et néanmoins toujours cette volonté d’aller de l’avant.

L’histoire est forte, le suspense maintenu jusqu’aux dernières pages.

C’est un Grangé grand cru que ce millésime 2019.

Probablement un des meilleurs.

 

 

 

 

 

Missing : Germany, Don Winslow, Points

006461172

Frank Decker est un ancien marine de l’armée US.

Il a notamment servi en Afghanistan et en Irak pour lutter contre Al Qaïda.

Ancien marine également, son pote, Charles Sprague. Qui lui a sauvé la vie quand leur véhicule a sauté sur une mine.

Frank est aussi ancien flic. Mais aujourd’hui, il a quitté la police.

Il veut simplement gagner sa vie en faisant quelque chose d’utile.

Et il prétend qu’il est doué pour retrouver des gens qui ont disparu.

Ce qui est la vérité. En Irak, il le faisait pour les éliminer. Ici, il les ramène vivants.

Charles Sprague a quitté l’armée, lui aussi. Il en garde de très vilaines cicatrices dans le visage, après avoir sauvé Franck d’une mort certaine.

Charles est à présent promoteur immobilier en Floride. Et les affaires marchent plutôt bien pour lui.

Il déborde de projets, et il est milliardaire.

Frank n’hésite pas une seconde quand Charles l’appelle un jour, complètement affolé.

Sa femme, la très belle Kim n’a plus donné le moindre signe de vie depuis plusieurs heures, ce qui ne lui ressemble pas vraiment.

A-t-elle été enlevée ? Est-elle partie volontairement sans rien dire, pour le quitter ? A-t-elle fait une mauvaise rencontre ? Est-elle seulement toujours en vie ?

Les hypothèses sont nombreuses et pas vraiment réjouissantes pour le mari très inquiet.

Une inquiétude qui grandit encore quand on retrouve des traces de sang dans la salle de bains de la jeune femme…

Une jeune femme bien sous tous rapports.

Elle a fait des études, elle s’occupe volontiers d’organisations caritatives.

Orpheline de père et de mère, elle n’a plus de famille. C’est d’ailleurs Frank qui l’a conduite à son bras à l’autel, lors du mariage de son ami.

Bien sous tous rapports, vraiment ?

L’enquête commence à peine, et une des premières choses que Frank découvre, c’est que Kim n’a pas dit toute la vérité sur son passé à son mari et à ses amis …

Le tableau est nettement moins rose qu’annoncé, ce qui risque de multiplier les pistes pour essayer d’élucider cette disparition…

Des investigations que vous allez suivre impatiemment, sans lâcher une seconde la progression de l’enquête dans ce Miami qui n’est pas vraiment celui des cartes postales. Ici, des gangs, la mafia russe ou ukrainienne se disputent les marchés et le territoire, parfois avec la complicité complaisante des autorités.

Quelles sont dès lors les chances de retrouver Kim vivante ?

Frank n’est pas très optimiste …

Don Winslow signe ici le deuxième opus des aventures de Frank Decker, dont nous avions fait la connaissance dans l’excellent Missing New York .

Winslow, qui a été détective privé dans une vie antérieure, est l’auteur d’une vingtaine de romans. Il est l’un de ceux qui compte aux Etats-Unis.

Polars, thrillers, il a plus d’une corde à son arc.

Son écriture est extrêmement vive, sans aucune fioriture.

Vous voulez de l’action sans prise de tête ? Vous en aurez.

Difficile de reprendre son souffle dans ce polar qui tient toutes ses promesses.

Blanc mortel, Robert Galbraith, Grasset

blanc

Il faut bien le reconnaître Cormoran Strike est plutôt le genre de mec à ranger dans la case « ours mal léché ». Du haut de son 1,92 m, il est une espèce de colosse brun, bourru, aux cheveux pas trop coiffés, et il faut le reconnaître, sapé n’importe comment. Il est le fils illégitime d’une ancienne rock star et d’une de ses groupies junkie.

L’homme a servi dans l’armée britannique. En Afghanistan notamment. C’est là qu’il a été blessé dans une explosion qui lui a coûté une partie de sa jambe droite. Il porte à présent une prothèse qui le fait pas mal souffrir.

Après sa revalidation, Strike n’a pas voulu du reclassement proposé par l’armée.

Alors, il a dû assurer sa reconversion. La seule envisageable pour l’ancien militaire, et d’après ses propres propos, c’est de poursuivre dans ce qu’il fait de mieux à savoir investiguer.

Ce qu’il aimait avant tout, c’était chercher, résoudre, établir la vérité, rendre justice. Cette passion, il le savait, résisterait à tout. Bien sûr, ce n’était pas drôle tous les jours. Il fallait se coltiner la paperasse, les clients pénibles, les collaborateurs à embaucher, à virer. Mais cela faisait partie du métier, au même titre que les horaires élastiques, la fatigue, les privations et les risques …

Aujourd’hui, il est donc détective privé. Il a fondé sa propre agence à Londres, et il a engagé une assistante, la ravissante Robin Ellacott. La ravissante, mais surtout très efficace Robin, dont le fiancé voit d’un très mauvais œil sa collaboration avec Strike.

Faut dire que le boulot peut être dangereux, et qu’il paie très très mal, les finances de l’agence étant quasi constamment dans le rouge. Même si les talents d’investigation du boss et de son assistante commencent à porter leurs fruits.

Tout doucement, affaire après affaire, Strike est à présent connu dans la place, connu, et reconnu, ce qui n’est pas toujours un avantage quand il faut filer quelqu’un …

Cette fois, alors que Robin vient enfin d’épouser son fiancé, Strike doit faire face à une nouvelle affaire pour le moins étrange.

Un jeune homme est venu à l’agence lui déclarer avoir été le témoin du meurtre d’un enfant retrouvé mort près d’un cheval, il y a des années.

Ce jeune homme semble assez perturbé psychologiquement, et avant que Strike puisse l’interroger plus précisément, il se sauve et disparaît dans la nature.

Il n’en faut pas plus pour chatouiller la curiosité de Strike, qui commence à gratter, avec pour seul indice, un bout de papier sur lequel est griffonné un nom de rue.

Très vite, le détective va se retrouver plongé dans une enquête qui va le mener des bas-fonds de Londres aux plus hautes sphères du Parlement britannique quand un ministre de sa très gracieuse Majesté le contacte pour mettre un terme au chantage dont il est victime depuis quelque temps.

Cette enquête reposait sur des bases très inhabituelles. Jamais auparavant il n’avait eu à traiter une affaire de chantage dont la victime rechignait à avouer les causes. Mais, après tout, songea Strike, il n’avait jamais eu de ministre parmi sa clientèle non plus. De même, il ne voyait pas tous les jours débarquer dans son bureau des jeunes gens probablement psychotiques proclamant avoir assisté au meurtre d’une enfant. Pourtant, depuis qu’il avait la une des journaux pour la première fois, Strike recevait constamment des messages d’individus plus ou moins déséquilibrés …

 Et s’il y avait un lien entre ces deux affaires ? Au premier regard, cela semble très peu probable. Et pourtant … L’enquête est compliquée, délicate, les ramifications nombreuses, dans des milieux où la morale n’est pas toujours la première des vertus, alors que Strike et Robin semblent de plus en plus proches.

Vont-ils enfin s’avouer leur attirance mutuelle ?

Réponse dans ce quatrième volet des aventures de Cormoran Strike.

Après l’Appel du Coucou, après le Ver à soie,  après la Carrière du mal, qui se sont vendus à près de 11 millions d’exemplaire à travers le monde, J.K. Rowling continue, sous le pseudonyme de Robert Galbraith, de nous faire vivre les enquêtes passionnantes de son détective si attachant.

Certains pensent que le roman, qui fait près de 700 pages, soit environ 100 de plus que les 3 tomes précédents est trop long.

Ce n’est pas mon impression. Au contraire. Et pour la première fois peut-être, Rowling/Galbraith nous fait entrer un peu plus dans l’intimité de ses deux héros.

Sans être particulièrement fleur bleue, l’histoire qui se joue entre Cormoran et Robin humanise terriblement la série. Et rend le détective et sa collaboratrice encore plus attachants.

On referme d’ailleurs Blanc mortel avec beaucoup de regrets, en se disant qu’il va falloir attendre de très longs mois, voire deux ou trois années avant de pouvoir lire la suite de leur histoire …

 

Le verdict, Nick Stone, Série Noire Gallimard

71A4Nn8eh0L

A 38 ans, Terry Flynt s’est enfin stabilisé dans la vie.

Oubliés tous les petits boulots qu’il a enchaînés pour subsister quand il s’est fait virer de Cambridge.

Oubliées toutes ces années difficiles où il a complètement bousillé sa jeunesse.

Oublié son alcoolisme qui lui a causé tant de problèmes.

Aujourd’hui, il ne boit plus. Il s’est assagi.

Ces années de ténèbres, comme il dit, sont derrière lui.

Marié, père de deux enfants, il a enfin un job intéressant : il est greffier chez KRP un très gros cabinet d’avocats à Londres.

Un cabinet qui a pignon sur rue et qui n’a pas pour habitude de traiter de petites affaires. Et ce n’est pas celle-ci qui va déroger à la règle.

Vernon James, lui, est originaire de Trinidad.

Il est milliardaire, propriétaire d’un fonds d’investissement et vient d’être élu « personnalité éthique » de l’année. Son prix lui a été remis lors d’une soirée en grande pompe dans un grand hôtel londonien.

Le premier problème, c’est qu’au lendemain de cette soirée très alcoolisée,  VJ est accusé d’avoir tué une jeune femme qu’on a retrouvée étranglée sur le lit de la suite qu’il a occupée.

Vernon, qui clame son innocence, choisit KRP pour assurer sa défense.

L’avocate du cabinet chargée des affaires pénales désigne Terry pour la seconder dans ce procès qui va faire les choux gras de toute la presse britannique, ça ne fait pas l’ombre d’un pli.

Les journalistes vont adorer cette affaire, ils vont se déchaîner, c’est certain : la vie sexuelle de l’homme d’affaires n’est pas des plus morales, elle est même franchement détestable, l’homme a menti aux policiers venus l’arrêter, on trouve son ADN sur les vêtements de la victime, bref tout le désigne comme coupable …

Le second problème, c’est que Terry connaît particulièrement bien Vernon. Ils ont été amis dans le passé avant que Vernon n’anéantisse l’existence de Terry, l’accusant d’une chose qu’il n’a pas commise… Et ça, personne ne le sait chez son employeur.

Terry se retrouve donc complètement coincé : il y a son CV mensonger d’un côté, et de l’autre, l’envie de mener à bien ce procès pour pouvoir prétendre à la bourse offerte par KRP au salarié le plus méritant, ce qui lui permettrait enfin d’accéder à des études d’avocat.

Terry sait que si Vernon parle, il sera viré aussi sec …

Mais Vernon James ne dit rien.

Reste une question, et non des moindres : Terry mettra-t-il vraiment tout en œuvre pour prouver l’innocence de son ex-meilleur ami ? Ou laissera-t-il la rancoeur accumulée depuis tant d’années prendre le dessus ?

Réponse dans ces 700 pages que vous ne lâcherez pas une seconde.

Un roman complètement addictif qui rend asocial.

Une fois qu’on a commencé à le lire, on ne fait plus rien d’autre jusqu’à ce qu’il soit terminé.

700 pages pour que vous changiez continuellement d’avis au fil des rebondissements.

Une tension de chaque instant dans cette enquête difficile qui mène au procès tant attendu, au coeur du système judiciaire britannique complètement différent du nôtre.

700 pages et pas un moment pour reprendre son souffle, dans ce suspense très habilement construit, servi par une écriture limpide et une traduction impeccable.

L’histoire est redoutable. Son personnage principal plus qu’attachant.

Nick Stone signe ici est le meilleur thriller juridique de ces 5 dernières années…

Grisham peut aller se rhabiller …

Foncez …

M, le bord de l’abîme, Bernard Minier, XO Editions

M-LE-BORD-DE-LABIME_PRO2

Autant le savoir d’emblée, toutes les technologies décrites dans ce roman existent ou sont en cours de développement. Les applications et dispositifs que vous découvrirez ici sont déjà mis en œuvre dans de nombreux pays, presque identiques dans la réalité à ceux de cette histoire. Car elle ne se passe pas dans le futur : elle se passe aujourd’hui.

Une mise en garde qui s’avère terrifiante dès les premières pages…

Moïra  Chevalier est du genre brillante.

Du genre bardée de diplômes : un master en sciences du langage, spécialisée en linguistique informatique, un an de formation supplémentaire au prestigieux MIT, un postdoctorat au laboratoire d’intelligence artificielle de Facebook.

C’est le profil idéal pour Ming Inc., le géant chinois du numérique, qui recrute des spécialistes en Intelligence Artificielle pour bosser sur son nouvel agent conversationnel DEUS, une espèce de SIRI de compétition, le chatbot le plus complexe jamais mis au point.

Moïra sera donc chargée de lui conférer une vraie personnalité et de vraies émotions.

En deux mots, son travail sera d’humaniser DEUS, pour en faire le plus humain des assistants virtuels jamais mis en circulation, avec un objectif on ne peut plus clair : le rendre indispensable, incontournable dans la vie de ses utilisateurs. Comme une drogue…

Un travail basé à Hong Kong où Moïra débarque assez stressée.

D’abord, faut bien dire que la ville est très impressionnante : des milliers de buildings dont plus de 300 qui culminent à plus de 150 mètres, pour donner l’impression d’une espèce de ruche de béton et d’acier où vivent des millions d’habitants, une vraie fourmilière chaotique, la ville la plus dense du monde, une ville qui ne s’arrête jamais, avec une température très élevée et un taux d’humidité qui frôle les 90%. De quoi se sentir oppressée d’emblée.

Ensuite, le job pour lequel elle a postulé constitue un vrai défi professionnel qui risque bien de révolutionner la société puisqu’il s’agit ni plus ni moins de faire de DEUS d’équivalent de ce que Google a fait avec son moteur de recherche, et Facebook avec son réseau social.

Inutile de dire que la mission est ambitieuse et complexe.

D’autant, qu’en plus de l’énorme pression professionnelle, la jeune femme ne se sent pas trop à l’aise, à la fois dans son nouvel environnement de travail, mais aussi en rue, ou chez elle : elle a constamment l’impression d’être surveillée, épiée.

Elle se demande aussi ce que peuvent bien signifier ces curieuses bribes de conversations qu’elle a saisies par hasard au boulot. Est-ce que ses collègues lui cacheraient des choses ? Car, elle en a très vite la certitude, tout n’est pas net chez Ming Inc. .

Certains employés de la société semblent littéralement terrorisés, quand d’autres connaissent une mort violente : accidents, suicides, et surtout une série de meurtres …

La liste commence à s’allonger.

La police de Hong Kong est sur les dents : ces meurtres sont l’oeuvre d’un tueur particulièrement pervers, d’une inventivité tellement démente que les flics qui enquêtent sur ces horreurs l’ont appelé le « prince noir de la douleur ».

Et ce monstre, Moïra le côtoie peut-être tous les jours sans le savoir.

Une des pistes suivies par les policiers concerne de très très près Ming Inc. …

Vous ne lâcherez pas ce thriller une seconde. Pas une.

Peut-être le meilleur de Minier.

A la fois une intrigue épouvantablement glaçante et une plongée encore plus terrifiante dans ce monde contemporain et très méconnu de l’intelligence artificielle.

Ce monde qui, on le rappelle,  n’est pas de l’anticipation.

Cela se passe déjà maintenant, même si vous ne le savez pas.

Ce monde qui existe déjà via les géants de l’internet que sont Facebook, Google, Amazon. Ce monde qui pourrait nous entraîner, souvent à notre insu  d’ailleurs si nous ne faisons pas preuve de vigilance,  dans une nouvelle ère, toute proche de l’abîme…

Un excellent thriller donc, avec tous ses ingrédients, et une incroyable prise de conscience des dérives auxquelles pourrait nous mener l’intelligence artificielle.

Cauchemars en vue ?

 

Les Illusions, Jane Robins, Sonatine

allusion

Elles sont soeurs : jumelles.

Mais aussi différentes que deux sœurs peuvent l’être.

Il y a Tilda. La si jolie Tilda à qui tout réussit dans la vie : une carrière d’actrice qu’elle mène très correctement pour lui assurer une notoriété certaine, et un certain confort matériel.

Et puis, il y a Callie, la sœur de Tilda. Beaucoup moins avenante physiquement, qui a beaucoup moins bien réussi aussi que sa jumelle.

Callie n’a jamais fait d’études, elle travaille dans une librairie, à mi-temps, et vit seule dans un tout petit appartement assez minable.

Callie et Tilda ne se fréquentent pas beaucoup. C’est vrai qu’elles n’ont pas grand-chose en commun.

Ponctuellement pourtant, elles se voient chez Tilda pour se faire des séances de vieux films sur DVD. Mais de moins en moins souvent.

C’est que Tilda, depuis qu’elle a un nouvel amoureux, a beaucoup moins de temps à consacrer à Callie.

L’amoureux s’appelle Félix.  Félix est sympa, beau, banquier et riche. Que demander de plus ?

Avec la délicieuse Tilda, ils forment un couple très glamour, qui semble nager dans le bonheur. C’est l’image que les tourtereaux donnent en tout cas. Pour tout le monde, sauf pour Callie.

Callie, elle, est convaincue que tout n’est pas aussi rose qu’il n’y paraît. Elle pense que Félix maltraite sa soeur : physiquement mais aussi psychologiquement.

Et, de manière très consciencieuse, Callie note depuis des années, toutes ses impressions sur Tilda dans un carnet qui ne la quitte pas.

J’ai été choquée de voir les bleus sur les bras de Tilda. Est-ce Félix qui en est responsable ? Je ne sais pas. Je n’arrive pas à déterminer si c’est quelqu’un  de réellement formidable – qui organise des vacances surprises et rénove l’appartement de sa petite amie – ou de profondément dangereux. Quoi qu’il en soit, Tilda est complètement éprise de lui, et moi je souffre. Je ne sais pas si je ressens toujours l’euphorie qui venait de mon adoration pour lui, ou si je suis désormais terrifiée de m’être laissé manipuler.

De plus en plus, Callie pense que Félix est un sombre manipulateur qui n’a qu’un but, c’est d’isoler sa proie, en l’obligeant petit à petit couper les ponts à la fois avec sa famille, ses amis, et ses relations professionnelles, comme tout bon pervers narcissique qui se respecte.

Mais a-t-elle raison de s’alarmer, de penser que le couple de sa soeur et Félix est trop beau pour être vrai ? Ou se fait-elle tout simplement des illusions, probablement un peu jalouse et envieuse de la réussite de sa jumelle ? Et si c’était elle qui avait un problème ?

Quoi qu’il en soit, Callie commence à faire des recherches sur des sites consacrés aux tyrans domestiques. Elle arrive même à s’introduire dans l’appartement du couple pendant leurs vacances pour y rechercher le moindre indice qui pourrait prouver que Tilda est en danger…

La mort de Félix, d’une crise cardiaque, après son jogging, à la page 11 du roman ne permet d’accréditer absolument aucune hypothèse … et le mystère est entier …

Jane Robins signe ici son premier roman. Une vraie perle.

Dans la droite lignée de « La fille du train » de Paula Hawkins ou des « Apparences » de Gillian Flynn, qui a inspiré « Gone Girl ».

Peut-être même mieux …

« Les Illusions » ou un thriller très hitchcockien, au suspense de tous les instants.

Une atmosphère pesante, addictive, et une construction impeccable qui permet, grâce à des retours dans le passé, dans l’enfance et l’adolescence, d’en savoir un peu plus sur les deux soeurs sans jamais pouvoir démêler le vrai du faux … jusqu’aux dernières pages.

Un régal du genre.

Retenez bien son nom, elle s’appelle Jane Robins.

Elle ira loin.